Quelle est la différence entre un commissaire aux comptes et un expert-comptable ?

Entre le CAC et l’EC, qui fait quoi ? Les chefs d’entreprises se demandent, à juste titre, quelle est la différence entre un commissaire aux comptes (CAC) et un expert-comptable (EC) ?

La principale différence est qu’un commissaire aux comptes doit obligatoirement intervenir dans les cas suivants :
Pour les SARL, les EURL les SNC ou les comités d’entreprises qui dépassent, à la clôture de l’exercice, deux des trois conditions suivantes : 3,1 millions d’euros de chiffre d’affaires ou 1,55 millions d’euros de total de bilan ou 50 salariés.

Pour les SAS ou les SASU qui dépassent, à la clôture de l’exercice, deux des trois conditions suivantes : 2 millions d’euros de chiffre d’affaires ou 1 millions d’euros de total de bilan ou 20 salariés ou qui contrôlent ou sont contrôlées par d’autres sociétés.

Pour les associations percevant plus de 153 000 € de subventions publiques ayant un effectif supérieur à 50 salarié, un chiffre d’affaires supérieur à 3.1 millions d’euros ou ayant la qualité de commerçant.

L’expert-comptable n’est pas obligatoire, il intervient sur une mission de conseils et de soutien à l’entreprise. Il a pour but de générer de la valeur ajoutée dans la compréhension d’une situation et les choix financiers stratégiques qui peuvent en découler.
Enfin, le jour de la cession de l’entreprise, les bilans fournis rassureront les banquiers quant à leur fiabilité.