Accueil > Les plus de notre cabinet comptable > Fidaquitaine : l'actu de votre cabinet… > Les 6 étapes pour céder son entreprise…
Actualités

Les 6 étapes pour céder son entreprise !

Actualité archivée

Lorsqu’un dirigeant d’entreprise choisit de céder son entreprise, les enjeux sont importants et il faut qu’il puisse préparer la cession.

Voici en 6 points clés les éléments à anticiper.

 

N°1 Préparer sa transmission d'entreprise

Avant de se lancer dans la cession de son entreprise, il faut être sûr que le moment est bien choisi.
En effet, le contexte économique doit être favorable au rachat d’entreprise. Si le secteur est porteur, il est évident qu’il sera plus simple de revendre son entreprise et dans des conditions financières intéréssantes.
La cession d’entreprise se fait souvent lorsque le dirigeant souhaite prendre sa retraite. Là aussi, il faut s’assurer que les pensions de retraite à venir correspondent au niveau de vie attendu. A défaut, il faut envisager de repousser son départ à la retraite et constituer un capital retraite pendant quelques années (pour plus d’informations, retrouvez notre article Entrepreneurs, tout savoir sur votre retraite !)
Enfin, on estime que pour bien céder son entreprise sans négliger d’étapes, il faut s’y prendre environ 3 ans à l’avance.

 

N°2 Evaluer son entreprise

Afin de dégager les points forts et les points faibles de son entreprise, il faut veiller à en faire une analyse complète. Cela permettra d’établir une stratégie de cession et de préparer un dossier à destination des acquéreurs.

Plusieurs points sont à diagnostiquer :

  • L’activité : les chiffres clés du marché, la concurrence, l’histoire de l’entreprise, la notoriété de la marque, la stratégie mise en place …
  • Données financières et comptables : les états comptables et financiers de l’entreprise, les ratios clés, l’états prévisionnels…
  • Les moyens : les moyens et outils de production dont l’entreprise dispose, les actifs immobilisés, les stocks …
  • Les ressources humaines: le turn-over, l’organisation hiérarchique, la pyramide des âges, les relations entre salariés, les personnes clés, les forces et faiblesses de l’équipe…
  • Le juridique : Les statuts, les brevets, les hypothèques, les nantissements, les baux, les contrats commerciaux…
  • Le QSE - Qualité, Sécurité, Environnement : respect des normes liées à l’environnement et à la sécurité. Par exemple l’accès aux personnes à mobilité réduite, le diagnostic amiante, la gestion des déchets dangereux, l’hygiène, le respect des normes ISO…

Fidaquitaine peut vous accompagner dans l'évaluation de votre société et dans la création d’un support de présentation de votre entreprise (Téléchargez le modèle).

 

N°3 Valoriser sa societe

Pour fixer le prix de vente de son entreprise, encore faut-il connaître la valeur de celle-ci. Il s’agit de donner une valeur financière à son entreprise en fonction des résultats des précédents exercices, de son évolution et de sa perspective d’évolution.

Plusieurs méthodes existent pour valoriser son entreprise, parmi lesquelles on trouve :

  • Approche patrimoniale : il s’agit de valoriser l’entreprise en fonction de son patrimoine c’est-à-dire de son actif net : on soustrait les dettes à l’actif de l’entreprise. Cette méthode est particulièrement adaptée à des entreprises du secteur de l’industrie, de la distribution. En revanche, elle ne correspond pas à des start-up (faible patrimoine) ou à des entreprises de services dont une grande partie de la valeur est apportée par l’humain. Enfin, la notion de rentabilité n’étant pas intégrée, certaines entreprises pourtant rentables peuvent être desservies par cette approche.
  • Approche comparative ou analogique : le but est de comparer son entreprise à d’autres du même secteur, présentant le même profil et ayant été rachetées le plus récemment possible. A l’aide de ratios comparatifs, on va analyser les indicateurs financiers. Cette approche est très rapide et simple mais peut parfois sembler peu fiable.
  • Approche rendement ou rentabilité : l’objectif va être d’évaluer la capacité à générer des bénéfices dans les prochains exercices. La méthode se base sur les rentabilités antérieures et les prévisions de rentabilité future.

 

N°4 Trouver un acquéreur

Une fois l’évaluation et la valorisation de l’entreprise effectuées, le chef d’entreprise peut commencer à chercher un repreneur. Plusieurs réseaux s’offrent au cédant pour trouver le candidat idéal :

  • Le réseau personnel: sa famille, son cercle d’amis, ses connaissances, ses anciens collègues de travail mais aussi ses salariés, création d’une SCOP par exemple, ou ses fournisseurs.
  • Les associations de repreneurs : CRA, Club Créa Aquitaine, Réseau Entreprendre Aquitaine
  • Les professionnels : Fidaquitaine, les banques, les agences immobilières, les cabinets d’intermédiaires, les notaires, les avocats…
  • Les chambres consulaires : Chambre de commerce et d’industrie - CCI Bordeaux, Chambre des métiers...
  • Annonce sur des sites spécialités : Fusacq, Transentreprise...

 

N°5 Négocier le rachat

Dès le début des négociations, il est possible pour le chef d’entreprise de faire signer un accord de confidentialité afin que le potentiel acquéreur ne fasse pas mauvais usage des informations recueillies.

Au fil des discussions, le repreneur peut ensuite formuler une lettre d’intention dans laquelle il estime le prix et les modalités de la reprise.
Pendant la négociation, il faut formaliser le prix, les modalités de paiement, le périmètre de la reprise, le délai de reprise et l’accompagnement mis en place pour le repreneur. Lorsque les deux parties tombent d’accord sur l’ensemble des éléments, un protocole de cession et un projet de garantie d’actif/passif le cas échant peut alors être signée.
Enfin, si le repreneur obtient le financement qu’il avait demandé, l’acte de vente est signé selon les conditions du protocole de cession et si les autres garanties suspensives ont levées.

 

N°6 Après la transmission …

Selon ce qui a été convenu avec le repreneur, le vendeur peut accompagner le nouveau chef d’entreprise dans ses fonctions afin de faciliter la transition et de l’aider dans ses premiers pas : rencontrer les salariés, rencontrer les clients, les fournisseurs, comprendre les processus …

La transmission d’entreprise est une étape particulière dans la vie du chef d’entreprise car il s’agit d’un projet pour lequel il a investi beaucoup d’argent et de temps. Souvent considérée comme le « bébé » de l’entrepreneur, l’entreprise doit être transmise avec soin et attention ! Ne pas brûler les étapes permettra de réussir le relais !

En tant qu'expert de la reprise d’entreprise, nous pouvons vous accompagner dans ces différentes étapes. Pour toutes questions relatives à votre projet de cession, vous pouvez nous contacter au : 05 56 40 94 20


A bientôt.
L’équipe de FIDAQUITAINE.

 

Sources :
http://www.cma-paris.fr/transmettre-cesser/transmettre-son-entreprise/bien-ceder-son-entreprise
http://www.apce.com/pid188/espace-repreneur.html?espace=2
http://www.apce.com/pid10833/3-valoriser-l-entreprise.html?espace=2&tp=9

Partager cette page sur

Archives

Inscription à la newsletter